Le PDG de Binance affirme qu’il ne quittera pas Binance

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram

Changpeng Zhao (CZ), le directeur général (PDG) et cofondateur de l’une des plus grandes bourses de crypto-monnaies du monde, a déclaré mardi qu’il ne quitterait pas Binance, malgré l’examen des autorités réglementaires

Binance, la plus grande bourse de crypto-monnaies au monde « essaie » de devenir une entité financière réglementée alors que la plateforme cherche un nouveau PDG dans un contexte de surveillance réglementaire accrue dans le monde entier.

Binance cherche maintenant à obtenir l’approbation des autorités réglementaires. L’une des exigences pour y parvenir est d’avoir des sièges régionaux dans le monde entier.

Le ministère américain de la Justice (DOJ) a ouvert une enquête sur Binance et ses liens possibles avec le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale. Le mois dernier, le régulateur financier du Royaume-Uni, la Financial Services Authority (FSA), a interdit à Binance d’entreprendre toute activité réglementée dans sa juridiction.

Ces dernières semaines, l’autorité des services financiers du Japon a envoyé à Binance un avertissement pour avoir opéré sans autorisation. La Securities and Exchange Commission de Thaïlande a déposé une plainte pénale contre la société pour la même violation.

Mardi, Zhao a réaffirmé la position de l’entreprise en matière de conformité réglementaire. Il affirme également qu’il est plus facile de rester conforme aux réglementations dans un nouveau secteur comme celui de la crypto. Plus tôt ce mois-ci, Zhao déclare son engagement envers les régulateurs.

Fondée en 2017, Binance se retrouve aujourd’hui un acteur majeur du crypto-verse. Avec un volume d’échanges de plus de 1,7 milliard de dollars et une capitalisation boursière de près de 54 milliards de dollars. M. Zhao a occupé le poste de directeur de la technologie de la société OKCoin, basée en Chine, avant de fonder Binance.

Par rapport à ses rivaux, Binance a adopté une approche plus laxiste en matière de réglementation et propose des produits plus risqués tels que des dérivés de crypto-monnaie.

Malgré cette surveillance, une étude récente de la London School of Economics indique que seules quatre des seize principales bourses mondiales sont soumises à un « niveau significatif de réglementation liée à la négociation » qui est l’activité principale des plateformes d’échange.

Les récentes mesures prises par Binance, cependant, « indiquent clairement qu’une plus grande conformité avec les réglementations commerciales devient la norme. Nous avons vu des mesures similaires de la part d’autres places boursières telles que Bitmex, Huobi et OKEx pour permettre des exigences plus strictes en matière de connaissance du client, une analyse plus approfondie de la chaîne pour les transferts et une collaboration avec les régulateurs locaux »,

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram