Le gouverneur de la Reserve Bank of India estime que le nombre d’investisseurs en crypto est exagéré

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram

Le gouverneur de la Reserve Bank of India (RBI), Shaktikanta Das, estime que le nombre d’Indiens qui auraient investi dans des crypto-monnaies est « très exagéré. »

Das a signalé hier (10 novembre) que les investissements dans les jetons virtuels comme une préoccupation sérieuse pour la stabilité financière de l’Inde et sa macroéconomie. « En termes de montant investi, il est certain que cela augmente et, de manière anecdotique, nous entendons tellement de choses », aurait-il déclaré.

« Mais, je ne suis pas si sûr des chiffres qui sont cités. Parce que, quelles que soient les informations dont nous disposons, avec une confiance raisonnable, je peux dire que le nombre de participants au marché de la crypto semble exagéré », a-t-il déclaré lors d’un événement Business Standard.

Bien qu’il n’y ait pas de données officielles sur les investisseurs en crypto-monnaies en Inde, les estimations du secteur montrent que jusqu’à 6 lakh crore rupees (80,5 milliards de dollars) cumulés ont été investis par des Indiens résidents dans des actifs crypto. Leur popularité s’est étendue aux milléniaux des villes de niveau 2 et 3.

Au niveau mondial, la valeur totale de tous les actifs en crypto-monnaies vient de dépasser les 3 000 milliards de dollars.

Selon M. Das, plus de 70 % des investisseurs indiens n’ont toutefois pas investi plus de 3 000 ro. Le gouverneur de la Reserve Bank of India estime que le nombre d’investisseurs en crypto-monnaies dans le pays est exagéré

L’engouement pour les crypto-monnaies en Inde est à noter davantage en raison d’un manque de réglementation. Le gouverneur de la RBI a déclaré que le gouvernement étudiait activement les recommandations formulées dans le rapport d’un groupe de haut niveau dirigé par l’ancien secrétaire aux affaires économiques Subhash Chandra Garg.

Le gouvernement devrait présenter le projet de loi sur la réglementation des monnaies virtuelles lors de la session budgétaire du Parlement en février.

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram