Elon Musk pense que Neuralink est meilleur que le métavers à long terme

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram

Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, n’a montré aucun soutien pour les écosystèmes du métavers et du Web 3.0. Il a rejeté ces termes comme des mots à la mode et des tactiques de marketing.

« Je ne vois pas quelqu’un s’attacher un fichu écran au visage toute la journée », a déclaré Elon Musk dans une interview accordée à The Babylon Bee, lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de l’écosystème du métaverse. « Je ne sais pas si j’adhère nécessairement à cette histoire de métavers, même si les gens m’en parlent beaucoup. »

Parlant du métavers et de la réalité virtuelle (RV), Musk a déclaré qu’il ne voyait pas un avenir où il faudrait quitter le monde physique pour vivre dans un monde virtuel en ligne. Partageant une expérience personnelle, il a ajouté que les casques de RV ont tendance à déclencher le mal des transports lors de la pratique de jeux vidéo :

« À long terme, un Neuralink sophistiqué pourrait vous faire entrer de plain-pied dans la réalité virtuelle. Je pense que nous sommes loin de disparaître dans le métavers, cela semble juste être un sujet à la mode. »

Musk a fondé Neuralink, une entreprise de neurotechnologie qui se concentre sur le déploiement d’implants cérébraux sur des humains afin de restaurer et d’améliorer les capacités physiques par le biais d’ordinateurs.

« Je suis actuellement incapable de voir une situation convaincante de metaverse ou Web 3 ressemble plus à du marketing qu’à une réalité. Je ne comprends pas, et peut-être que je comprendrai, mais je ne comprends pas encore. »

M. Musk a également souligné que les gens ne préféreront pas se promener avec des casques VR et ne plus vouloir les quitter. Il a également rappelé qu’en grandissant, on lui avait conseillé de ne pas s’asseoir trop près de la télévision.

Ajoutant à son rôle de partisan le plus influent du Dogecoin (DOGE), Musk a récemment exprimé son soutien à la crypto, la qualifiant d’indestructible et visant fondamentalement à réduire le pouvoir d’un gouvernement centralisé.

« Il n’est pas possible de détruire la crypto, mais il est possible pour les gouvernements de ralentir sa progression. »

Il a également suggéré que le gouvernement américain ne devrait « rien faire » lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de la réglementation des crypto-monnaies.

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram